Copropriété : que faire de son vélo ?

Astuces et Conseils
le 16 juillet 2021

La crise sanitaire a accéléré l’usage du vélo pour éviter les transports en commun et le risque de contamination. De plus, le vélo est sain pour la santé et contribue à faire baisser le taux de pollution dans les villes. Se pose alors le problème de son stationnement dans les copropriétés. Il est en effet interdit d’encombrer les parties communes.

Qu’est-ce qu’un local à vélo ?

Le local à vélo est une structure sécurisée et couverte. Il peut être aménagé à l’extérieur de l’immeuble ou au sous-sol. Depuis le 1er juillet 2012, toutes les copropriétés, y compris les bureaux, disposent d’un espace de stationnement de longue durée réservé aux vélos. Il est donc interdit de laisser le sien dans le couloir ou de le monter dans les étages, afin de ne pas gêner la circulation ou de risquer de détériorer les murs. Les règlements de copropriété sont clairs sur le sujet, les contrevenants s’exposent à une éventuelle sanction. Seule solution en l’absence d’un local dédié : l’entreposer dans un local collectif à proximité, lorsqu’il en existe un…

iStock 511245765

Comment en faire installer un ?

La création d’un local à vélo est soumise à l’accord des copropriétaires. La demande doit donc figurer à l’ordre du jour de l’assemblée générale. Elle ne doit pas obligatoirement émaner du syndic, un copropriétaire ou le conseil syndical peut en être à l’initiative.   Toutefois, depuis la loi Alur, si l’immeuble dispose de places de parking considérées comme des espaces privatifs, la copropriété est dans l’obligation d’en construire un. Ce sera au syndic de mettre en œuvre les travaux. Pour cela, il devra soumettre des plans et au moins trois devis différents au syndicat des copropriétaires. Il est possible également d’aménager un espace existant, tel qu’une ancienne loge de gardien par exemple ou un local à poubelles. Le vote requis pour sa mise en place est une majorité aux 2/3 des voix des copropriétaires.

L’aménagement du local à vélo

La surface du local dépend du plan d’urbanisme de la ville. Elle est calculée en fonction du nombre de logements présents dans la copropriété et de leur taille. Ainsi, la surface minimale est de 0,75 m² par logement de 1 à 2 pièces, et de 1,5 m² par logement de trois pièces ou plus. Il doit être accessible facilement, éclairé et ventilé. Pour éviter les vols, il faudra prévoir un système d’attache sécurisé : au sol pour améliorer la circulation, par un système de crochets au mur ou de supports au plafond.   Il est possible aussi de prévoir un espace pour les poussettes. Attention, à défaut de bien étudier l’aménagement, le lieu pourrait devenir un dépotoir.